Un front parlementaire pour lutter contre la faim en Haïti

Lutte contre la faim en Haïti, les acteurs essayent une nouvelle approche : La création d’un Front Parlementaire. Une première journée de réflexion s’est tenue ce matin en vue de donner corps à ce projet. En effet, sous l’égide l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et des députés membres de certaines Commissions Permanentes du Parlement Haïtien ont fait valoir leurs propositions. Une initiative qui s’inscrit dans le cadre de la Coopération technique entre la FAO et le Gouvernement Haïtien. En perspective deux objectifs : mettre en œuvre des stratégies de développement agricole et  des politiques d’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Crédit : ayitinews 

Elaborer et faire passer des lois liées au développement de l’agriculture et à la sécurité alimentaire… Voilà en quoi consistera la tâche principale du Front Parlementaire contre la Faim. Le FPF travaillera en synergie avec la FAO, l’Exécutif et autres partenaires. La formule recherchée : synergie ou conjugaison des efforts ; pourvu que les actions soient concertées. Indique Nathanael Hishamunda, le représentant de la FAO en Haïti.  « En plus de cela, les parlementaires ont un pouvoir de lobbying qu’il ne faut pas négliger », estime M. Hishamunda.

Le président de la commission agriculture de la chambre basse se dit conscient de l’influence politique des députés et leur proximité avec les citoyens. De ce fait, Tertis Tanis croit que le Front Parlementaire contre la Faim peut faire la différence. L’élu de Limonade promet qu’il va prendre son bâton de pèlerin pour chercher convaincre ses pairs d’emboiter le pas.

Le député de la circonscription de Jérémie répond déjà favorablement. Pour Gladys St Jean Lundi, la création de ce front vient à point nommé. Elle souligne que sa région peine toujours à se remettre du passage de l’ouragan Matthew.

A noter que depuis 17 Fronts parlementaires contre la faim ont déjà été créés en Amérique latine et dans les Caraïbes. Ce qui a permis l’élaboration de 4 lois cadres et d’un peu plus d’une vingtaine de lois relatives à la sécurité alimentaire et nutritionnelle promulguées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *