L’administration Moïse-Lafontant va-t-elle faire face à ses premiers mouvements de protestation ?

Le ministre de l’Economie, Jude Alix Patrick Salomon, confirme l’augmentation prochaine des prix du carburant. Le grand argentier précise que l’Etat ne peut plus maintenir la subvention de l’essence qui a déjà provoqué des pertes de l’ordre de 7 milliards de gourdes. Le gouvernement entame des discussions avec des partenaires en vue d’une augmentation des prix des produits pétroliers à la pompe.

Déjà les syndicats de transporteurs publics mettent en garde le gouvernement contre toute hausse des prix de l’essence. Les syndicats menacent d’entrer en grève pour exiger le retrait éventuel de cette mesure par le gouvernement.

Le ministre des Affaires sociales, Roosevelt Bellevue, de son côté, cherche à convaincre les syndicats du textile qui ont également annoncé un mouvement de grève pour exiger un ajustement des salaires. Le ministre des Affaires sociales souligne la volonté du gouvernement de favoriser   la création d’emplois dans le pays.

Les syndicats d’enseignants confirment les deux journées de grève d’avertissement ce lundi et demain pour réclamer de meilleures conditions de travail et des arriérés de salaire. Josué Mérilien de l’UNNOH annonce la tenue d’une manifestation demain et précise que la grève sera totale le 17 mai. Le ministre de l’Education nationale, Josué Cadet Agénor, se dit préoccupé par l’annonce de la grève des enseignants. Le ministre évoque la dette du Psugo qui s’élève à 7 milliards de gourdes. Josué Agénor Cadet promet de satisfaire les revendications des enseignants suite au vote du budget rectificatif.

Entretemps l’ex-ministre de l’Economie et des Finances de l’ex-président provisoire Jocelerme Privert, tance ouvertement le Premier ministre Jack Guy Lafontant pour son diagnostic de la situation socio-économique du pays. Un tableau peu reluisant dû en partie, avait affirmé le PM, au mauvais choix du gouvernement de transition. « Le chef du gouvernement s’est trompé et a menti sur certains chiffres, notamment concernant l’inflation et le déficit budgétaire », soutient Yves Romain Bastien. S’agissant du déficit budgétaire de 6 milliards de gourdes, l’ancien ministre de l’Economie a fait savoir qu’il s’agit d’un déficit de trésorerie dû au manque à gagner sur les produits pétroliers.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *