France : la presse internationale réagit à la victoire d’Emmanuel Macron

L’élection du centriste pro-européen Emmanuel Macron à la présidentielle française face à son adversaire d’extrême droite Marine Le Pen, constitue une victoire contre le populisme et un soulagement pour l’Europe, mais tout reste à faire pour le plus jeune chef de l’Etat français, selon la majorité de la presse étrangère.

Scruté avec attention par les médias étrangers, le résultat du second tour de la présidentielle française a largement été commenté dans le monde entier, ce lundi 8 mai.

En Europe d’abord, la presse se montre avant tout soulagée de la victoire d’Emmanuel Macron. « L’Europe évite le cauchemar, écrit ainsi le quotidien allemand conservateur Frankfurter Allgemeine ZeitungL’impensable a été évité: la France ne va pas être dirigée par une femme d’extrême droite. La victoire nette d’Emmanuel Macron donne de la confiance, mais l’Europe ne doit pas se faire d’illusions pour autant ». Même son de cloche pour le quotidien de gauche Tageszeitung pour qui « la nette victoire d’Emmanuel Macron est un énorme soulagement pour la France ».

En Espagne, le quotidien El País titrait ce lundi : « La France met en déroute le radicalisme ». « La France a dit non. La victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, un pro-Européen et un ex-banquier libéral, a contenu la vague du mécontentement populiste qui a triomphé en novembre à l’élection présidentielle américaine et avant le référendum britannique. Après le Brexit et Trump, il n’y aura pas Le Pen », écrit le journal espagnol.

« Les Français ont mérité un Macron en caoutchouc », selon un tabloïd russe

Le journal Le Temps, en Suisse, souligne lui la victoire d’« un homme neuf » : « Emmanuel Macron a réussi son pari insensé. Au-delà du niveau de l’abstention, de la radicalisation des extrêmes à droite comme à gauche et du délitement des partis traditionnels, l’enseignement principal de ce 7 mai est que la France s’est choisi un homme neuf pour entamer sa transformation ».   

The Guardian, lui, émet beaucoup plus de réserves. « Bonne chance M. Macron, vous allez en avoir besoin », écrit ainsi le journal britannique qui s’inquiète du niveau record de l’extrême droite.

En Russie, le quotidien économique Vedomosti estime que la victoire d’Emmanuel Macron permet de maintenir les principes fondamentaux de la Ve République : la gestion par l’élite, et l’intégration européenne. Le tabloïd Komsomolskaia Pravda, plus gros tirage de la presse russe, poursuit lui son entreprise de démolition d’Emmanuel Macron, qualifié de psychopathe, explique notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne. « Les Français ont mérité un Macron en caoutchouc, écrit ce journal. Ils vont passer par l’enfer de la globalisation. Ils ne méritent pas la démocratie que des millions de soldats soviétiques ont payée de leur vie ».

Une bonne nouvelle pour le commerce franco-chinois

La victoire d’Emmanuel Macron a aussi été largement commentée au-delà des frontières européennes. La photo du candidat d’En Marche ! levant ses bras vers le ciel pour savourer sa victoire faisait d’ailleurs la Une de plusieurs quotidiens chinois, rapporte notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt. Le Global Times écrit ainsi que « Macron a vaincu le populisme tout en se détachant des partis politiques établis (…) Dans quelques années, nous nous rendrons peut-être compte que la France a fait un choix sage pour la civilisation humaine en l’aidant à avancer plutôt qu’en la renvoyant en arrière ». Le quotidien caresse l’espoir que le vote des électeurs français stoppera l’hémorragie de l’Union européenne déclenchée par le Brexit.

Si l’on en croit le Quotidien du Peuplel’élection d’Emmanuel Macron est une bonne nouvelle pour le commerce franco-chinois. Le nouveau président cherchera une coopération plus étroite avec Pékin, sachant que la France ne pourra pas s’en sortir seule.

 

Aux Etats-Unis, le New York Times voit dans la victoire de M. Macron un « grand soulagement pour l’Europe ». Mais il avertit que le président élu est confronté à « des défis considérables. Il prend la tête d’une nation profondément divisée, tout comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et d’autres grandes démocraties ». Le score de Mme Le Pen au second tour prouve pour le quotidien l’importance « du désespoir de ceux qu’elle appelle les oubliés (en français dans le texte) ».

Selon le Washington Post, « la France a ignoré les sirènes du populisme de droite qui ont enchanté les électeurs aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne ». Ce résultat est « un nouveau signe que la progression du président Trump n’est pas précurseur d’une nouvelle forme inconnue de nationalisme. Pour l’instant le centre résiste, le pluralisme résiste, et l’extrême droite est encore sous contrôle ». Pour la chaîne de télévision Fox News, en revanche, « la France a pris la solution la plus facile et a voté pour la même chose ».

Enfin, le journal australien The Sydney Morning Herald souligne que « la France vote pour l’optimisme »

https://www.youtube.com/watch?v=YRNrWIqSNj0

 

Source : RFI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *