Caravane du changement de Jovenel Moise pour relancer l’agriculture en Haïti

Le président Jovenel Moise a lancé ce 1er Mai  la Caravane du changement  dans la localité Lagrange, 5ème section communale de Bocozelle (Saint-Marc) dans le département de l’Artibonite.  Un projet visant à renforcer le secteur agricole dans le pays indique le chef de l’état tout en soulignant que la caravane du changement ne vise que la souveraineté alimentaire du pays. « Ann kore travay ak agrikilti pou n chanje Ayiti », c’est le thème retenu pour cette année L’état mettra à la disposition des agriculteurs des équipements et des engins lourds pour favoriser l’irrigation des surfaces agricoles annonce le président Jovenel Moise. Il appelle en ce sens à la collaboration de tous les secteurs.

Le président de la chambre des députés souhaite une bonne coordination entre les institutions étatiques pour garantir le succès de la caravane du changement.

 

Selon Cholzer Chancy, l’Organisme pour le Développement de la Vallée de l’Artibonite et le Péligre doivent travailler en parfaite collaboration pour régler la question de l’arrosage des terres.  Il a mis l’accent sur la nécessité pour l’état haïtien de renforcer la sécurité foncière dans la région.

197 kilomètres de canaux primaires seront curés selon les propos du ministre de l’Agriculture,  Carmel André Béliard. « Certains canaux n’ont pas été curés depuis dix ans. Ce qui a provoqué, d’après le ministre, une diminution des périmètres irrigués.» « La caravane est la matérialisation concrète de la relance agricole par l’administration Moïse/Lafontant », se félicite le ministre de l’Agriculture. Sur les 32 000 hectares de terres irrigables au niveau de la vallée de l’Artibonite, 20 000 ne sont pour le moment pas irriguées en raison de la sédimentation et des ouvrages hydrauliques non fonctionnels. « La caravane va rendre ces terres cultivables», promet le ministre.

Les objectifs de la Caravane, dont les tentacules seront déployées sur tout le territoire national durant les cinq prochaines années, consistent entre autres à:
❖ Améliorer les conditions d’accès à l’eau d’irrigation par le curage mécanique des canaux d’irrigation et de drainage et par l’extension de ces canaux dans des zones jusque-là non bénéficiaires de ces actions;
❖ Assainir les zones marécageuses et protéger les zones inondables au niveau des villages et villes victimes d’inondations périodiques ;
❖ Utiliser au mieux les moyens matériels et humains dont dispose l’Etat d’Haïti pour réaliser ces actions;
❖ Aider enfin à augmenter la production nationale pour améliorer la sécurité alimentaire et augmenter la richesse du pays.
Pour lancer cette caravane, le gouvernement a mobilisé 197 330 000 gourdes pour les activités et 100 millions de gourdes pour le renseignement et la sécurité du chef de l’État. 200 équipements lourds du TPTC et du CNE sont déjà placés dans l’Artibonite, 197 kilomètres de canaux d’irrigation et 87 canaux de drainage seront curés, une centaine de kilomètres de routes agricoles seront réhabilités… selon le Palais national.

La relance de l’agriculture en Haïti doit passer par la modernisation du secteur et un changement de mentalité.

C’est le seul moyen pour rentabiliser le secteur et augmenter l’offre d’emploi, selon Arthur Jovial Bonicet. Pour y arriver l’agronome croit nécessaire de développer une dynamique de regroupement d’agriculteurs, à mesure que l’on s’adapte aux nouvelles techniques de production.

Renforcer l’agriculture familiale haïtienne par la valorisation des métiers agricoles, c’est le souhait de la promotion pour le deveppement, PROMODEV.  

Haïti a une agriculture à vocation agricole familiale. Plus de 60% de la population vivent essentiellement des activités de la terre, reconnait le secrétaire général de la promodev. Agronome Talot Bertrand estime que seul ce modèle d’agriculture est susceptible de répondre aux défis auxquels fait face  le pays. Il cite entr’autres, l’insécurité alimentaire, la pauvreté et la dégradation de l’environnement. Le spécialiste en éducation relative à l’environnement, pense que les ressources sont disponibles, ‘’ à nous de les utiliser à bon escient’’,  souligne Agronome Talot Bertrand.

 

Une pensée sur “Caravane du changement de Jovenel Moise pour relancer l’agriculture en Haïti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *